Search

Allocution vœux Macron 2019

Les vœux du Président Emmanuel Macron étaient très attendus, s’inscrivant dans un contexte particulier pour lui et certainement pas à son avantage.

Cependant, il ne faut pas oublier que c’est un exercice qu’il affectionne, pour autant qu’il délaisse certains mauvais conseils de communication. Le corps parle bien avant que les mots ne le fassent.

Alors quels ont été son attitude et son style ?

Voici la vidéo :

Tout d’abord sa méthode de communication a changé.

Le président a opté pour une posture debout afin d’être plus alaise dans ses mouvements en vue des critiques sur sa dernier allocution.

Et oui, les mains sont le prolongement de nos pensées et de notre état émotionnel. La détermination ne peut être feinte si elle est enrichie de gestes qui marquent son engagement.

En dépit de toutes les critiques que ses opposants pourront faire au Président Macron sur le contenu de son discours, ses gestes d’affirmation de soi assurés, voire agressifs attestent de son investissement.

Regardez ses gestes fréquents et simultanés effectués avec ses 2 mains. Ils traduisent un désir d’unir mais ce qui est plus intéressant encore, ce sont les pouces qui se lèvent, qui l’affirment dans sa fonction mais également dans sa détermination à titre personnel.

Cet investissement est également perceptible lorsque ses mots s’accompagnent de mouvements de sa main gauche, alors que la droite reste en retrait.

C’est bien lui, à titre personnel, en tant qu’individu, qui s’affirme.

  • A 1 minute 45 : « pour changer en profondeur les règles d’indemnisation du chômage, afin d’inciter davantage à reprendre le travail », ça lui tient à cœur.
  • A 2 minutes 49 : « notre pays veut bâtir un avenir meilleur reposant sur notre capacité à inventer de nouvelles manières de faire et d’être ensemble », ses doigts sont en pince (l’extrémité de l’index et du pouce se touchent) relevant ainsi son désir de précision, de justesse, d’importance. Ce geste reviendra souvent dans le dernier tiers de l’allocution.

La détermination s’illustre encore davantage lorsque le Président Macron pointe le sol avec ses 2 index pour souligner l’urgence à agir immédiatement : « alors même qu’il nous faut bâtir aujourd’hui de nouvelles réponses à ce phénomène. (…) Je suis intimement convaincu que nous avons à inventer une réponse, un projet, profondément français et européen (à 3 minutes 50). »

Enfin, la détermination peut tourner à une marque d’agressivité lorsqu’il frappe sa paume droite de son poing gauche, geste qu’il exécutera plus d’une fois sur le dernier tiers de son discours : « on peut débattre de tout mais débattre du faux peut nous égarer, surtout lorsque c’est sous l’impulsion d’intérêts particuliers. »

Le Président Macron utilise une gestuelle économe, simple, pas trop stéréotypée mais plus dans un souci de ne pas trop en faire. Comme vu plus haut, les mouvements de sa main gauche attestent de son implication personnelle.

C’est bien le cas à l’évocation des « victoires sportives », de la « célébration de l’armistice. »

C’est également le cas à son axe de tête qui tend légèrement sur sa gauche et qui n’a d’autre objectif que celui d’adoucir son discours. Il se veut empathique.

Ses mains restent très majoritairement à l’horizontal, il se met au même niveau que son public. Ses doigts ne montrent pas de tension particulière, ses sourcils s’élèvent régulièrement pour marquer certains mots.

Le Président peut également se montrer agacé en tirant subrepticement sa langue, comme c’est le cas sur la « colère contre les changements profonds » (à 2 minute 49), ironique par certains petits sourires en coin qu’il affectionne, ou encore chafouin lorsqu’il tire rapidement une langue de délectation avant d’aborder son 3ème vœu, celui de la vérité.

Son illustration est très simple, c’est la main droite qui vient couvrir la main gauche pendant le discours, c’est mettre en avant son hémivisage droit pendant qu’on parle.

Les gestes sont révélateurs de l’état émotionnel sur l’instant, du degré d’implication de la personne et si les mots qui viennent suppléer ces gestes sont concordants, alors la communication est réussie. De ce point de vue, c’est bien le cas.

J’espère que cette analyse vous aura plu!

A très vite,

Pascal Poetto